L' aventure de Pingréon

 

Il était une fois un homme simple, appelé Pingréon. Il était le plus riche de son village, mais né avec un caractère d'avare. Il n'avait ni femme, ni employé, ni ami. Il accumulait sa richesse en exécutant lui-même tous ses travaux domestiques.

Sa devise, ne rien dépenser pour pouvoir s'enrichir.

Un jour qu'il se trouvait à la pêche au bord de la rivière, il trébucha  et tomba dans l'eau glacée et profonde. Il poussa un cri d'appel au secours.

Un pêcheur proche arriva en courant  et lui demanda de lui donner sa main.

Pingréon  reconnut son plus proche voisin et ne voulant pas être redevable de quoi que ce soit,

il hésita et refusa. En quelques secondes il disparut dans les profondeurs, englouti par un tourbillon de grande violence.

Suite à cet accident, une grosse opération de sauvetage se mit en place entre pompiers et villageois pour retrouver sa trace.

En cette nuit de lune noire, l'agitation était à son comble dans un village. Le lieu n'était pas connu et il n'était pas facile de le voir car il se trouvait au fond d’une forêt mystérieuse cachée par une luxuriante végétation. Il était habité par des lutins qui s'étaient tous réunis et dansaient autour d'un homme inanimé. Cette pratique avait pour but de détruire les mauvaises énergies et de chasser les esprits de la forêt.

 

Après plusieurs jours de recherche, son corps n'avait pas été retrouvé.  La disparition de Pingréon avait beaucoup affecté les gens du village. Monsieur le curé avait donné une messe et tous les villageois étaient présents en mémoire du disparu.

Une urne funéraire avait été déposée en souvenir, dans le cimetière du village.

 

De l’autre côté de la forêt l’homme ouvrit les yeux. Affaibli, transi de froid, il sentait courir les frissons sous sa peau. Sa respiration était précipitée, haletante due à une forte crise d'angoisse. Il se débattait en hurlant « pardon, pardon ». Pingréon était malade, fiévreux. Il tomba dans un profond coma.

Le chef des lutins, excellent docteur, le soigna avec des plantes et des bains de boue. Et au bout de plusieurs jours, Pingréon ouvrit enfin les yeux. Comment suis-je arrivé là ?  pensa-t-il.

Puis il se rappela de son itinéraire d’homme égoïste et avare, et qu’il avait failli perdre la vie.

Après avoir retrouvé la santé, celui-ci décida de repartir chez lui. Et pour remercier ses sauveurs, il aménagea le village pour les lutins : des huttes pour leurs habitations, une école et un dispensaire et quelques barques pour la pêche. Mais ce lieu ne fut jamais dévoilé.

 

Le soir de son retour, le maire, le curé et les villageois furent conviés à une soirée sous un chapiteau en dehors du village. Des tables et des chaises avaient été installées pour un repas convivial.

Ils furent très surpris lorsqu’ils aperçurent un homme de dos récitant ces propos :

«  Pardon, pardon pour  mon obstination…Obsédé par l'argent, j'ai été confronté à la mort. Une main m'avait été tendue et je l'avais refusée pour ne pas être redevable. J’ai vécu une descente aux enfers. Merci à vous tous, merci pour votre amitié. »   

L’homme se retourna et un tonnerre d’applaudissements retentit. Bonheur et joie résonnaient sous le chapiteau, Pingréon était de retour.

 

Farinette

Farinette