PF : Dis Mamie, c’est quoi la charité ?

M : Ouh là là ! Est-ce que je te pose des questions, moi ?

PF : Allez Mamiiiie, s’il te plaît…

M : Pourquoi tu demandes pas à tes parents ?

PF : Pfff ! Ils ont jamais le temps !

M : La charité ? Mmmhh… c’est très compliqué, mais je vais essayer de t’expliquer. Ecoute-moi bien : est-ce que tu aimes ton papa et ta maman ?

PF : Euh…ben oui… Bien sûr…

M : Et ta petite sœur : est-ce que tu l’aimes ?

PF : Euh… oui, mais des fois elle m’énerve !

M : Mais tu l’aimes quand même ?

Pf : Ben oui…

M : Bon. Et dis-moi, tu as une copine à l’école ?

PF : Oui, c’est Chloé…

M : Et est-ce que tu aimes ta copine Chloé ?

PF : Euh… oui.

M : Et tu l’aimes autant que ton papa et ta maman et ta petite soeur ?

PF : Ah non ! Papa et Maman je les aime beaucoup beaucoup, et ma sœur je l’aime beaucoup même si elle m’énerve des fois.

M : Et Chloé alors?

PF : Je l’aime, mais pas pareil… Comme ma copine. Mais pourquoi tu me demandes tout ça Mamie ?!

M : Attends un moment, patience…Tiens, regarde tous ces gens dans le parc : le petit garçon avec son vélo rouge… la vieille dame qui tricote sur le banc… Le monsieur qui passe devant nous, là…

PF : Oui, et bien ?

M : Et bien, tu vois, la charité, ça serait que tu aimes aussi tous ces gens-là.

PF : Mais, Mamie… Je les connais même pas !

M : Je sais bien, mais la charité ça n’est pas de les aimer très fort comme ton papa ou ta maman, ou ta petite sœur, ou de les aimer comme ta copine Chloé que tu connais bien, mais de les aimer un tout petit peu, même si tu ne les connais pas.

PF : Mais Mamie… je n’ai pas envie de les aimer puisque je les connais même pas !

M : Oui. Mais la charité c’est pourtant ça. Ecoute tous ces gens ils ne font que passer, tu vois. Mais imagine que le petit garçon qui fait du vélo tombe, là devant toi, et qu’il se fasse mal… Qu’est-ce que tu feras?

PF : Je sais pas … Qu’est ce qu’il faudrait que je fasse ?

M : Je ne sais pas moi ! Aller le voir, le consoler s’il pleure, aller chercher sa maman qui est là bas près de la fontaine… Et tiens, si la vieille dame qui tricote est soudain malade et appelle quelqu’un à l’aide, qu’est-ce que tu feras ?

PF : Je sais pas… aller la consoler si elle pleure ? aller chercher le gardien… Ou…ou ?

M : Ou venir chercher ta mamie pour qu’elle aille l’aider ?

PF : Ah oui, c’est pas bête ça ! Et comme ça pour tout ce monde que je ne connais pas ?

M : Eh ben oui. C’est la charité…

PF : Et quand j’aide Papa à ranger du bois dans l’abri du jardin ? C’est la charité ?

M : Ah ah ! Non ma chérie, là c’est de la gentillesse parce que tu aimes beaucoup ton papa…Non, la charité c’est pour les gens que tu ne connais pas. Tiens, rappelles-toi l’autre dimanche, quand on est allé se promener toutes les deux en ville.

PF : Oui… et alors ?

M : Tu te souviens, il y avait un monsieur assis par terre avec un pauvre chien tout vieux près de lui.

PF : Ah oui, même que le chien sentait pas bon…

M : Et qu’est ce que j’ai fait ?

PF : Tu as donné une pièce au monsieur… et tu lui as demandé comment s’appelait son chien.

M : Oh ! tu te rappelles bien. Et bien voilà, ça c’était de la charité. Ce pauvre monsieur, je ne l’avais jamais vu. Mais il demandait l’aumône parce qu’il n’avait pas de sous pour s’acheter à manger. Alors je l’ai un peu aidé en lui donnant un sou, et je lui ai parlé pour qu’il se sente un peu moins seul.

PF : Mais est-ce que tu l’aimes ce monsieur ?

M : Mais la charité c’est de l’aimer un tout petit peu parce qu’il a besoin qu’on l’aide. Et toi tu peux faire pareil tu sais : tu as la chance d’avoir un papa et une maman qui t’aiment, et puis aussi deux papys et deux mamies qui t’aiment, mais tous les petits enfants n’ont pas cette chance.

PF : Ah bon ?

M : Et non. Alors il ne faut pas hésiter à les aimer un peu si besoin, tiens par exemple en partageant le beau pain au chocolat que tu n’as pas voulu tout à l’heure !

PF : Et ça compte ?

M : Ca compte pour quoi ?

PF : Pour la charité ?

M : Pardi tiens. Tu vois, tu as tout compris.

PF : Eh ben ! Quand je vais apprendre ça à Papa et maman !...

 

Marcal et Richelieu à quatre mains…

114597480 115133515