Lettre au Père Noël by Mariko

Cher Père Noël,

Je m’appelle Marie et j’ai dix ans. Les filles à l’école se moquent de moi car elles disent que tu n’existes pas. Elles me traitent de débile mentale et de « pauvre fille" . C’est vrai que je ne t’ai jamais vu. Ma mère n’allume pas souvent la lumière parce que ça coûte cher, alors tu n’as pas dû voir qu’il y avait une maison, et puis on n’a pas de cheminée, et la rue où j’habite n’est pas une vraie rue. C’est une impasse, c’est écrit sur le mur.

Comme j’ai vraiment envie que tu existes, je me suis décidée à t’écrire parce que ma mère pleurait hier au soir. Elle disait « j’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans ! » Je ne sais pas ce que ça veut dire, des fois les grands ils disent des choses bizarres. Ce que je sais c’est que ma mère était très triste en regardant une colonne de chiffres alignés. Elle a répété plusieurs fois « quelle misère ! » Il faut dire que mon père quand il rentre du travail il est un peu saoul, il a dépensé beaucoup d’argent au café et il n’en reste plus beaucoup pour tout payer.

Alors voilà, si tu pouvais venir le soir de Noël, ce serait bien. Mon petit frère aimerait avoir un camion de pompier. Il dit toujours qu’il sera commandant des pompiers quand il sera grand. En attendant il joue avec une boîte en carton. Pour ma maman j’aimerais que tu lui apportes une robe de princesse, elle est belle ma maman, c’est la plus belle du monde, mais elle pleure souvent. Et pour moi, enfin si tu peux, j’aimerais une poupée comme celle de ma copine. Elle s’appelle poupée Bella. Quelquefois elle me la prête un peu mais pas très souvent. Bella a des yeux très bleus et de longs cils noirs.

Tu sais, je suis très sage, mais j’essaierais d’être encore plus gentille. Je voudrais te demander une dernière chose. Il paraît que tu habites au ciel, alors peut-être que tu connais le bon Dieu ? Si tu le vois dis-lui que ma maman elle l’appelle tout le temps, mais lui aussi il doit être très occupé.

Ce serait bien quand même que toi et le bon Dieu vous veniez chez nous le soir de Noël. Avec un peu de chocolat aussi. Mon frère et moi on adore le chocolat, mais il y a longtemps qu’on n’en a pas mangé, alors s’il t’en reste un peu …

Fais attention en arrivant dans mon impasse car ce n’est pas bien éclairé. Il n’y a pas de numéro, mais je laisserais une petite bougie devant la porte.

 Si tu ne peux pas venir cette année, ce n’est pas grave, je t’écrirais l’année prochaine.

 Je t’embrasse très fort père Noël et n’oublie pas de bien te couvrir car il risque de faire froid.

 Texte : Marcal / Illustration : Mariko Shinobu

Marcal